Un site d'information

COUR SUPREME : Tapily donne à moitié raison à Mamadou Sinsy, Bathily l’enfonce

0 8

Contrairement à ce que l’on s’attendait, le président de la Cour suprême n’a pas porté plainte contre Mamadou Sinsy Coulibaly pour diffamation, mais pour ‘‘outrage à magistrat et menace’’.  Comment ça se fait ? s’interroge-t-on étant donné que, dans sa sortie médiatique, le parton du patronat accuse ouvertement le président des faits de corruption. Et s’il y a plainte,  ce devait être tout simplement pour apporter des preuves aux  accusations. Tel n’est pas le cas ici. Et de ce fait beaucoup tentent de croire que Mamadou Sinsy Coulibaly détiendrait une part de vérité dans ses dires.

Encore, toujours s’agissant de la plainte de Tapily contre Mamadou Sinsy Coulibaly, des interrogations vont bon train à savoir qui va trancher en cas de recours de la part du patron du patronat.  Le dernier mot reviendra toujours à la cour suprême. A rappeler que la plainte est introduite au niveau du tribunal de la Commune IV.

Bathily l’enfonce

Au moment où l’on apprenait l’introduction d’une plainte contre Mamadou Sinsy Coulibaly par le président  de la Cour suprême, ce dernier fait l’objet d’autres accusations.  Il s’agit de  la sortie de l’ancien ministre de la justice Mohamed Aly Bathily sur la radio RFM.  Pour lui,  Nouhoum Tapily n’est pas qu’un ‘’corrompu’’, mais  ‘‘un assassin’’ aussi. Mohamed Aly Bathily ajoute que ‘’Nouhoum Tapily a assassiné un certain Tounkara à Mahina (Kayes) pour une histoire de  pot de vin.’’

‘‘Ça tout le monde est courant. Il est venu dans mon bureau quand j’étais ministre et on en a discuté, j’ai voulu le limoger dans cette affaire mais IBK a refusé’’, déclare l’ancien ministre de la justice. Si cette sortie a été appréciée  en partie au sein de l’opinion publique, d’autres pensent que Me Bathily a manqué  de maturité en tant que personnalité pour divulguer de telles choses de la sorte. Et, soit dit en passant, si les accusations de Bathily sont avérées, et si intégrité il y a en a encore chez lui, c’est lui qui devait tout simplement démissionner de son poste de ministre de la justice après  qu’IBK lui ait empêché de  limoger Tapily.

Que reste-t-il encore de la crédibilité de Tapily ?

Pas grand-chose, dira cet autre Malien, à  part sa longue robe que nous devons obligatoirement respect  pour ne pas offenser le corps de la magistrature. Mais l’honneur de  M Nouhoum Tapily en tant que humain semble être désormais souillé  au regard de la gravité des différents faits à lui reprochés devant lesquels il a du mal à se justifier.

Djibi Samaké

La Sirène

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.