Un site d'information

Diaspora : faut-il abattre Mohamed Cherif Haidara pour son dynamisme ?

0 185

Le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne est aujourd’hui victime de son dynamisme et son engagement à défendre la cause des maliens de l’extérieur. Interlocuteur crédible pour la diaspora malienne, Mohamed Cherif Haidara est devenu l’homme à abattre par son département de tutelle, notamment le ministre des maliens de l’extérieur et le Haut conseil des maliens de l’extérieur. Les dissous d’une cabale médiatique entretenue par Amadou Koita contre son partenaire social !

Depuis un certains temps, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne fait l’objet de cabale médiatique pensée et exécutée par Habib Sylla, président du Haut conseil des maliens de l’extérieur avec la bénédiction du Ministre Amadou Koita. Tout est parti de la conférence de presse du 13 juillet dernier animée par Mohamed Cherif Haidara pour dénoncer l’indifférence du Ministre Amadou Koita et d’Habib Sylla face à l’opération de chasse à l’homme en cours en Mauritanie, Lybie et en Algérie contre les migrants Africains dont des maliens.
Ne pouvant plus cacher sa jalousie et sa haine contre le président du CSDM, Habib Sylla s’est prêté ce 16 juillet à un exercice aux allures d’un règlement de compte contre Mohamed Cherif Haidara sous la couverture d’une conférence de presse de démenti qui serait commanditée par le ministre Amadou Koita. Lors de cette conférence de presse, sans les nommer, le président du HCME a traité les responsables du CSDM de colporteurs de mensonge, de personnes en mal de célébrité, d’affabulateurs et d’amateurs.
Pour lui rendre la pièce de sa monnaie, Mohamed Cherif Haidara à son tour, a animé ce samedi une conférence de presse de réplique pour démasquer et démonter la coalition du Ministre Amadou Koita et Habib Sylla dont l’objectif est de décrédibiliser le CSDM auprès de l’opinion nationale et internationale. « Permettez que nous fassions part de notre grand étonnement de découvrir dans la presse, l’attaque en règle néanmoins subtile dont a été victime notre organisation, depuis la publication des éléments de son point de presse du 13 juillet dernier, par une organisation qui n’existe qu’à travers les appuis et avantages que lui offre la puissance publique en échange de sa collaboration, parfois dans l’intérêt exclusif de ses dirigeants et malheureusement contre les intérêts de ses membres » a introduit le président du CSDM. Avant de marteler qu’au regard du haut degré de cette agressivité, qu’ils se sont sentis dans l’obligation de dire, une fois pour toute, leur vérité, au sujet dit-il des activités de ce détracteur indélicat, se sentant menacé dans son existence, en raison du génie et de la vivacité du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne.
« Vous l’aurez tous relevé, qu’à chaque parution publique, cette organisation consacre plus de 2/3 de son intervention à se définir par rapport à l’Etat et ses démembrements. Ne pouvant se mettre en valeur qu’à travers ceux-ci, beaucoup d’observateurs finiront par se rendre compte que le recours régulier à l’Etat est un aveu d’impuissance, car ne pouvant exister qu’à travers lui. Grace à notre détermination, le mythe longtemps entretenu autour de l’appellation« institution » qu’elle s’est octroyée est dynamitée faisant apparaitre auprès de l’opinion son véritable statut de simple association, tout comme le CSDM et d’autres du genre » a renchéri Mohamed Cherif Haidara.
Le HCME, l’instrument au service du prince du jour
Selon le président du CSDM, le Haut conseil des maliens de l’extérieur dirigé par Habib Sylla est un instrument au service du prince du jour et qui n’a fait preuve d’aucune inventivité. « Un autre des aspects qui la confond aux yeux de la diaspora, au point de la rendre réfractaire à toutes ses actions réside dans la dérive autoritaire de son président et sa tendance marquée à vouloir toujours être du côté du prince du jour, quoi qu’il lui en coute, allant, parfois, jusqu’à contredire les règles juridiques de l’organisation dont il est garant et protecteur. Il n’a pas encore compris, que par ce mode de comportement, il ne rend service, ni à lui-même, ni à son organisation, encore beaucoup moins, aux autorités administratives et politiques qu’il prétend défendre les intérêts, s’abritant derrière leur disponibilité au service de la Diaspora » a révélé le président Haidara. Avant d’ajouter que le Haut conseil d’Habib Sylla n’a excellé que dans le domaine de l’accueil et l’accompagnement des autorités publiques en déplacement dans les pays de résidence de la Diaspora.
Et le président du CSDM de conclure, en mettant en cause la légitimité du président du HCME. « Si son apport à la politique, même en tant que citoyen, était aussi porteur qu’il le prétendait, le candidat élu du parti dans lequel il s’affiche serait adulé par la diaspora et mis à l’abri de la révolte qu’il avait subi au cours de ses déplacements en Europe et en Amérique » a-t-il relevé.
Samuel Bouabouvier

Maliplume.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.