Un site d'information

Coumba Bah : femme d’exception et figure de la lutte contre les VBG

0 982

Contre les violences basées sur le genre, Coumba BAH utilise les outils d’information pour faire reculer la pratique. Sensible aux difficultés des femmes Maliennes, Coumba BAH est une femme d’exception et une grande figure de la lutte contre les VBG au Mali. Elle est  titulaire d’un master en Science et Technologie Agroalimentaire. C’est à la Radio Liberté de Bamako qu’elle s’est lancée dans le métier de l’animation avec son émission « MUSOYA », qui veut dire « Mieux comprendre la femme ». Et les Bamakoises ne pas ratent cette émission.

Une initiative citoyenne qui vise à jouer sa partition sur un débat de la société, l’émission hebdomadaire, dénommée « MUSOYA » a pris son premier pas en 2017. D’une voix audible et attractive, l’animatrice dira que le choix du nom de l’émission n’est venu au hasard. Selon elle, c’est une émission de sensibilisation, d’information, de plaidoyer en vue d’aboutir à une société inclusive, égalitaire sans discrimination ni marginalisation.

Connue sur le terrain de la lutte contre les violences basées sur le genre, Coumba Bah se sert de son émission pour poursuivre son combat contre ce fléau. Pour elle, la violence à l’égard des femmes est à la fois une cause et une conséquence des inégalités entre les hommes et les femmes. « Elles portent gravement atteinte aux droits  humains et aux libertés d’expression des femmes et ou filles, car elles n’auront pas droit de décider. Toute action qui vise à changer le visage de la société mérite d’être soutenue. C’est pourquoi, j’invite tout le monde à se donner la main afin de bâtir une nation meilleure où la femme est épanouie » lance-telle.

Pour Coumba, aucune nation ne peut se développer dans l’inégalité sociale. Néanmoins, elle reconnait d’emblée que l’homme est l’époux, le père et chef de famille, et joue un rôle déterminant sur beaucoup de plans.

« L’’homme et la femme sont complémentaires et ne doivent pas être l’un contre l’autre. L’homme est le premier responsable de la famille. Il doit savoir soutenir sa femme quand elle est en difficulté. Faire d’elle, sa meilleure amie, sa complice », insiste Coumba.

Avant d’inviter les hommes à traiter leur femme comme s’il s’agissait de leur propre mère  afin de rendre la femme joyeuse jusqu’à son dernier souffle. « Avoir un esprit d’écoute, communiquer constamment avec elle. Car la communication est l’élément clé d’un foyer paisible. Du côté des enfants, tout comme la femme, il a un rôle important à jouer dans  l’éducation » ajoute-t-elle.

Selon Coumba Bah, pour que les enfants deviennent les meilleurs hommes de demain, le chef de famille doit leur inculquer des valeurs de la vie. « Il doit avant tout, servir de bon exemple, car il deviendra par la suite le modèle d’identification de son fils et pour sa fille, le père modèle, celui pour qui, elle aura beaucoup d’admiration » rappelle-t-elle.

Aux femmes, Coumba Bah les incite à pleinement accompagner les hommes dans toutes les épreuves. « Traditionnellement, le rôle de la femme était de rester à la maison et de s’occuper des enfants. Mais, nous voyons un changement. La pente est en train de se redresser par rapport aux femmes dans notre pays, parce qu’elles commencent à occuper des postes politiques importants. Elles sont des décideurs publics » reconnait Coumba.

Pour une vie en harmonie dans les foyers maliens, Coumba Bah  invite l’État à encourager les initiatives visant à promouvoir la femme.

Soumaila Sagara

maliplume01@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.